ST on FACEBOOK

DOWNLOAD NOW


Stereotree's
5 Years

Velvet Grooves
(5 Years Edition)

COQ
(Chapitre I)

Paul Pre
"Nu Sounds Mix"

ARCHIVES

CONTACT

rip@stereotree.net
onelight@stereotree.net

30/04/2009

[Chronique] Machinedrum - Want to 1 2 (2009)




Genre: Hip Hop/Electro
Label: NormrexDate de sortie: Mai 2009
Productions: Machinedrum, Jimmy Edgar
Featurings: Melo X, Jesse Boykins 3, Theophilus London, Mickey Factz, Nami Unreal, Ie Merg, Sarah Ruba, Junty, Adiquit, arisa Champoonote, Denim, Nathalie Weiss.

Clairement inconnu sur nos terres, la musique du jeune beatmaker touche à tout Travis Stewart alias Machinedrum mérite pourtant clairement que l’on s’y attarde.

Alors que ses précédents albums mettaient en avant un style Abstract Hip Hop déstructuré (trop) similaire à celui du pionnier Prefuse 73, Machinedrum évolue clairement avec ce dernier opus, intitulé "Want to 1 2", vers une musique sophistiquée à mi chemin entre Hip Hop et Electronica cutée, très proche du style d’un autre artiste du label Warp plus méconnu, j’ai nommé le protéiforme Jimmy Edgar (d’ailleurs présent sur cet album par le biais d’un remix un peu trop brouillon). Tout en mettant en relief une jeune scène underground talentueuse et véritablement buzée outre atlantique, avec la présence du fougueux MC Theophilus London, Melo X, Mickey Factz ou encore Jesse Boykins III.

Alors, même si le premier track instrumentale se veut plutôt plat et légèrement ennuyeux, avec un groove Abtract Hip Hop relativement désuet, force est de constater que l'intéressé impose par la suite un son puissant et novateur.
"Let it", en premier lieu, qui vous froissera par ailleurs délicatement les cervicales, est un imparable concentré du style moderne et accrocheur mis en avant tout le long de l’album, avec des drums puissants et épurés, une basse crade massive et des vocaux dynamiquement cutés.
S’en suit l’excellente et légèrement plus posée "Brighty", qui illustre un aspect particulier de la musique du bonhomme, à savoir une construction évolutive du meilleur effet, avec une montée en puissance des basses sur les dernières minutes, qui donne véritablement plus de relief à ses compositions. Même schéma sur l’irrésistible "Late Night Operation", festival de synthés futuristes et de lignes de basses rondes et groovy. Le tout habilement posé par le talentueux Theophilus London.
"Freshkidz"
nous envoi ensuite une ambiance plus dansante et festive, avec un agréable petit côté French Touch (comprenez par là des sonorités soulfull ensoleillées habilement triturées) et une rythmique plus House envoutante, avec les vocaux du bondissant rookie Mickey Factz.
La sexy "In The Dust" met, elle, en avant une ambiance plus Soul, à l’aide du suave Jesse Boykins III, avec une composition toujours en perpétuelle évolution.
On s’arrêtera ensuite avec attention sur l’ envoutante "Roll & Feel", au charme troublant, où le beatmaker pousse d’ailleurs la chansonnette en compagnie de Nami Unreal. Les vocaux y sont filtrés à l’extrême, tant est si bien qu’on ne comprend pas grand-chose (ce qui n'est pas très grave), et le tout oscille entre ballade feutrée et envolés électroniques aux sonorités saturées où le rythmes est plus soutenus. Ainsi que sur "Bermuda Love Triangle", plus posée et tout aussi agréable.

En rythmant le tout à l’aide de multiples et courtes interludes, Machinedrum parvient à livrer ici un album frais, riche et complexe, où l’on déplorera éventuellement quelques tracks plus plates (comme "Thisgo Ball") et un mixage pas forcement à la hauteur de l’ensemble, où les basses ont tendance à un peu trop saturer. Ceci dit, le beatmaker évolue ici de matière tout à fait notable, avec une musique plus dynamique et par conséquent plus enthousiasmante.
Il n’en fallait pas moins pour que l’on vous encourage à écouter cet excellent LP toute affaire cessante, en espérant que le garçon parvienne à acquérir la reconnaissance qu’il mérite en Europe.

3 commentaires:

giuliano a dit…

l'album a l'air de dechirer d'apres les extraits
et c'est vrai que le premier track casse pas des briques
MAIS, je vais monter un Comité Contre l'Utilisation du
Mot "Desuet" dans les chroniques hiphop & electro..

L'obsession pour la mode = nevrose reservée à karl lagarsfeld, christian lacroix et leur gang de couturières
Ce qui est novateur aujourd'hui sera desuet demain, et ce qui est desuet aujourd'hui redeviendra novateur demain & on & on & on.
...et vous allez vous faire des noeuds au cerveau pour rien.
Ne soyons pas si futile :-p

JCVD (qui a rien à foutre le dimanche)

OneLighT a dit…

Hi!

Oui, certes, mais saches que j'utilise le mot dans le sens "vieillot", et que je prends aussi le soin de mettre un "relativement" avant. En sachant bien que l'emploi de ce dernier est légèrement exagéré, mais d'un point de vue d'amateur de longue date de ce genre de sonorités.
Tout ça pour dire que je suis quand même d'accord avec toi dans le fond ^^.

Et, bon dimanche!

Benjii
Stereotree

PEACE

giul a dit…

t'inquiete, j'avais envie de faire mon chieur hihi
j'apprecie tes chroniques..
" qui aime bien blablabla", bref tu connais le truc