ST on FACEBOOK

DOWNLOAD NOW


Stereotree's
5 Years

Velvet Grooves
(5 Years Edition)

COQ
(Chapitre I)

Paul Pre
"Nu Sounds Mix"

ARCHIVES

CONTACT

rip@stereotree.net
onelight@stereotree.net

14/09/2010

[Chronique] Electric Wire Hustle - Electric Wire Hustle (2010)


Genre: Powersoul
Label:
BBe

Date de sortie:
Juillet 2010
Production:
Mara TK, TaayNinh, Myele Manzanza, Cloud Selection.
Featurings:
Steve Spacek, Georgia Ann Muldrow, Stacy Epps, Billy TK.

Il y a de ça une petite année sortait de manière plutôt confidentielle le premier album du trio Electric Wire Hustle, véritable sensation Nu Soul de ces derniers temps. Compte tenu d’une bien faible distribution en Europe, l’illustre label anglais BBe a eu la bien bonne idée de rééditer la chose tout récemment, afin que tout le monde puisse pleinement en profiter. C’est également une bonne occasion pour nous d’en parler plus longuement.

Autrefois nommé "Every Walking Hour", ce premier long format est désormais éponyme, et comporte un tracklist sensiblement différent. Le superbe single "Perception" (où un sample pourtant bien connu de Minnie Riperton y était très habilement utilisé) se voit en effet remplacer par le moins évident mais tout aussi excellent "Longtime", jusqu’alors réservé aux possesseurs du premier EP des trois néo zélandais. "Jupiter" étant également remplacée par l’inédite "Experience". Outre ces petites précisions, force est de constater que cet album possède bien des atouts faisant de lui un petit classique en puissance.

Concrètement, Myele Manzanza, Taay Ninh et Mara TK proposent une Soul moderne et incroyablement puissante à mi chemin entre J Dilla et Marvin Gaye (périodes "Troubleman" et "Here My Dear"). Une référence bien présente et loin d’être anodine, Mara TK ayant un timbre de voix très proche du défunt chanteur de Detroit. Ce qui se veut carrément électrisant à bien des égards. On trouvera d’entrée un titre des plus hyptonique, "Waters", dont on ne se lasse toujours pas. S’en suit une liste de parfaites compositions accrocheuses, aussi propices à la fracture de vos cervicales ("Burn", "Buy Some Land Put a House On It") qu’à la plus douce des étreintes ("Again", "Chaser"). Notons également la présence plus que symbolique du chanteur Steve Spacek, véritable et unique pionnier de la Soul avant-gardiste et jaydeesque, auquel est d’abord dédiée l’excellente "Thank You Steve", puis "Longtime", produite par ses soins (sous l’alias Cloud Selection), où il vient y poser sa voix chaude et vibrante. On croisera aussi les chanteuses Stacy Epps et Georgia Ann Muldrow, elles aussi bien coutumières du genre.

Même après un an d’écoutes, ce premier album conserve tout son attrait, et s’impose clairement comme l’une des meilleures livraisons du genre depuis des lustres. Ces trois néo zélandais réussissant (enfin!) un tour de force assez délicat en mélangeant esprit vintage et absolue modernité, en produisant tout eux même (ou presque). Choses bien trop rares pour être dument soulignées. Vous savez ce qu'il vous reste à faire...

1 commentaire:

henry a dit…

Merci pour la découverte!