ST on FACEBOOK

DOWNLOAD NOW


Stereotree's
5 Years

Velvet Grooves
(5 Years Edition)

COQ
(Chapitre I)

Paul Pre
"Nu Sounds Mix"

ARCHIVES

CONTACT

rip@stereotree.net
onelight@stereotree.net

01/12/2008

[Chronique] Black Milk - Tronic (2008)

Genre: Hip Hop from the D
Label: Fat Beats
Date de sortie: 28 Octobre 2008
Productions:
Black Milk
Featurings:
Pharaohe Monch, Royce Da 5'9", Sean Price, DJ Premier, Colin Munroe, Melanie Rutherford, AB.

La connexion se fait, un "Tronic" se laisse entendre, quelques volutes d'un piano mélancolique se succèdent et soudain le beat arrive. Black Milk est de retour, pour son album sophomore, celui qui vous classe ou casse un artiste, et ce premier track, "Long Story Short" replace la donne d'entrée. Les tympans viennent se faire flageller par la rythmique lourde et cinglante, le son est épique, héroique, sonnant la marche inéluctable d'un artiste désormais mature vers le succès, ou du moins la reconnaissance totale. Accompagné de Dwele aux cuivres, Curtis Cross situe en un morceau son évolution et son parcours, tant au niveau du beat que du texte, où mélodie, énergie et charisme viennent s'entremêler avec une rare justesse.

"Bounce" résume aussi un état d'esprit simple et direct, nous sommes aussi là pour nous fracturer les cervicales sur des batteries imparables, appuyées par des ambiances (évidemment) electroniques. Mais pas le temps de s'apesantir, Milk lache l'énormissime "Give The Drummer Sum" dont le beat totalement démentiel associé aux cuivres organiques amène une puissance telle qu'elle oblitérerait presque le flow impeccable du Detroiter, pourtant à un niveau certain de ce côté là aussi. S'en suit le plus paisible et basique "Without U" avec Colin Munroe, sympathique. Les hostilités reprennent sur le très retro et 80's "Hold It Down", où là encore la démonstration de flow se fait éclatante. Pas de temps mort, nous ne sommes pas sur le parquet des Pistons, Royce Da 5'9" déboule sur le bangerissime "Losing Out" qui finit de nous mettre K.O. question flow, rimes et tutti quanti, la complémentarité entre les deux MC's est d'ailleurs étincelante au point de souhaiter un projet commun dans l'avenir...

Et nous pourrions continuer ainsi, "Hell Yeah" et "Overdose" démontrant tant et encore l'aisance de l'ex-BR Gunna derrière les machines, notamment concernant la programmation des drums, mais ceci n'est plus un scoop, n'est-ce pas? Les B-boys du monde entier ne pourront ensuite que s'agenouiller des les premières secondes de "The Matrix", où sur un beat encore totalement fou rempli de cuts signés DJ Premier, Pharaohe Monch prouve une énième fois qu'il est littéralement un monstre au micro, nous faisant presque oublier un Sean Price certes plus conventionnel. Mais quel banger! On respire donc un peu avec le très bon et très soul "Try" où Milk rebondit lyricalement sur les samples de voix, et montre donc une réelle synergie entre ses beats et ses textes. "Tronic Summer" offre lui aussi une variation bienvenue et instrumentale, dans une énergie un brin nu soul electro...

On cloturera l'album avec la terrible "Elec Outro", dont l'ambiance et les drums hypnotiques viennent parachever une oeuvre d'une rare cohésion et puissance. Black Milk a grandi, évolué, travaillé son art pour toucher désormais des strates qui apparaissent sans limite, le tout en continuant d'abreuver la planète hip hop de ces beats (parfois en deça, convenons-en). Chapeau bas, on tient là encore l'un des albums de l'année (quelle période!)...

1 commentaire:

AliF_King a dit…

"Give the drummer some" est tout simplement énorme! Un beat assez surprenant et déroutant les premières secondes puis l'entrée en puissance des cuivres enchanteresses et la voix idéale pour accompagner le tout et Black Milk nous livre une pépite qui, je l'espère, fera vibrer plus d'un headphone pendant des années et des années.